Mémoire

nageuseP. Leconte a soutenu en 2015 dans le cadre de l’Université Paul Valéry de Montpellier « sciences humaines et sociales » le mémoire de Master 2 de recherche « Bienfaits de la pratique d’une activité physique, de la prise en charge globale à l’autonomie : prescription, suivi personnalisé et éducation du patient »

Cliquez ici pour la version intégrale (Toute reproduction partielle ou intégrale interdite sauf accord de Patrick Leconte)

Introduction

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, OMS (2015c), « Les maladies chroniques sont des affections de longue durée qui en règle générale, évoluent lentement. Responsables de 63 % des décès, […elles] sont la toute première cause de mortalité dans le monde.».
Ces maladies, dites de société, sont devenues une préoccupation nationale et internationale. Les principales et les plus fréquentes sont : le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité et l’hypercholestérolémie. Après constatation générale, il est actuellement conclu que les causes des maladies chroniques sont surtout liées aux modes de vie et de consommation qu’on tente d’uniformiser ; un mode de vie marqué par la sédentarité, le manque d’activité physique et la surconsommation d’aliments non favorables à la santé. Il s’avère aussi que le traitement de ces maladies peut être à vie.

Le sport et l’activité physique, accompagnés d’un régime alimentaire sain, se présentent comme les principales solutions pour prévenir ces maladies. Mais ces moyens ne se limitent pas à la prévention, ils sont aussi indispensables en tant que complément aux traitements médicaux. Ceux-ci souvent ne suffisent pas et provoquent une dépendance des malades aux médicaments. L’activité physique est alors autant conseillée aux personnes atteintes des maladies chroniques qu’aux personnes susceptibles de les avoir. Cependant, des prises en charge spéciales devront être observées dans la pratique des activités physiques pour malades afin d’éviter des complications et surtout pour que les patients aient des activités physiques adaptées à leurs traitements dans le but de retrouver une vie normale.

Le présent travail a pour but de mettre en évidence les bienfaits de la pratique de l’activité physique. Pour ce faire, les bénéfices apportés par un certain niveau d’activité physique et la qualité de vie des patients ainsi que les critères qui permettraient d’utiliser la pratique de l’activité physique ou sportive comme un moyen d’éducation thérapeutique chez les patients atteints de pathologies dites de société seront abordés.