Doit-on encore manger de la viande avec tout ce que l’on entend?

Manger autant de viande que nous le faisons (chaque américain consomme en moyenne 100kg/an) est probablement une mauvaise idée, surtout si elle provient du circuit de l’élevage intensif. Plusieurs études sont arrivées à la conclusion que plus l’alimentation est riche en viande, surtout en viande rouge, et plus on risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire ou d’un cancer. Pourtant, d’autres études menées sur des flexitariens ] végétariens qui consomment quand même un peu de viande [ suggérent qu’un peu de viande (moins d’une portion par jour) n’aurait aucun effet négatif. Le président Thomas Jefferson avait probablement raison de conseiller d’utiliser la viande plus pour donner du goût, un peu comme un « condiment pour légumes  » que comme un plat principal.

Qu’est ce qui pose problème dans la viande ? Les acides gras saturés ? Le type de fer ? Les produits carcinogènes créés par la cuisson ? La réponse n’est pas claire.
C’est peut-être tout simplement parce qu’en mangeant de la viande, on consomme moins d’aliments d’origine végétale. Une chose est sûre, manger trop de viande industrielle expose à plus d’acides gras saturés, d’oméga 6, d’hormones de croissance et de produits carcinogènes. La viande présente l’avantage et l’inconvénient d’être en haut de la chaîne alimentaire: elle accumule et concentre ainsi nombre de nutriments de l’environnement, mais aussi nombre de toxines.
Le cas de la viande prouve que la salubrité d’un aliment ne peut pas être déconnecté de la santé de la chaine alimentaire qui la produit. La santé du sol, la santé des plantes, des animaux et des consommateurs sont indissociables pour le meilleur comme pour le pire. Ce qui m’amène  à un conseil spécial pour ceux qui mangent des produits animaliers. Vous êtes ce que vous mangez. »

Article issu de l’ouvrage « Nutrition Mensonges et Propagande » de Michael Pollan